Tout est dans tout

En regardant les tendances, les mouvements communautaires, les valeurs nouvelles qui se promènent dans nos médias sociaux, on n’a pas le choix que de se rendre compte qu’on vit une ère de changements où il faudra se réinventer ou du moins s’ajuster à notre monde. Vous me direz: «en quoi cela concerne les Marchés Publics ? »
Je pourrais vous répondre que le nouvel engagement, social, politique, économique, s’exprime dans une philosophie de vie recréée, et ce jusque dans nos assiettes. Penser environnement, santé, énergies nouvelles, qualité de vie, préservation de la nature, et aussi surconsommation, gaspillage devrait nous amener, chacun de nous, à consommer moins, manger mieux, rationaliser nos choix. « Manger est un acte citoyen»*, selon le titre du dernier ouvrage d’Alain Ducasse. Il y propose un retour aux sources en agro alimentation, en réagissant à la malbouffe, et aux scandales alimentaires par une agriculture de proximité. «Small is beautiful», nous rappelle-t-il.
Le maraîcher, l’éleveur dans sa région a veillé et développé sa production avec amour et passion. Il a une connaissance de la terre sans pareil, puisqu’il la côtoie de près tous les jours et qu’il est aujourd’hui bien informé et formé. Il sait que la maltraiter, c’est mettre son gagne-pain en péril. Il travaille à l’échelle humaine. La vraie.
Dans ce contexte, les marchés publics sont pour lui le rendez-vous incontournable avec sa clientèle. Pour celle-ci, le marché public est le vrai carrefour du bien-manger, du meilleur goût, de la traçabilité. Il est donc promoteur d’une meilleure santé, le défenseur d’une meilleure conscience de l’environnement, le porte-étendard de nos agriculteurs. Il rassemble la compétence en agroalimentaire, le talent des jeunes producteurs. Il participe par la rigueur de son organisation à la préservation du patrimoine humain, historique, financier de toute une région et, au bout de la ligne, de toute une province, de tout un pays. «Small is responsable», pourrions-nous ajouter. Ainsi, prendre soin de nos producteurs en leur proposant avec nos marchés publics des circuits courts de commercialisation de leurs produits est un acte politique important et cela se vit à l’échelle planétaire.
Aujourd’hui, nos marchés entrent dans un courant de fond grandissant où chaque intervenant a un rôle déterminant à jouer. La Ville ou la Municipalité qui les accueille, le citoyen qui est un client fidèle de son marché local et le producteur qui travaille sans relâche à produire le meilleur et le mieux fait : tout cela participe d’une conscience des enjeux primordiaux qui affectent notre planète et l’avenir des êtres humains. «Le but ultime est que chacun de nous participe au mieux-être global. Nourriture, nature, agriculture, il faut désormais tout repenser pour mieux s’alimenter.»**
Diane Seguin
* Manger est un acte citoyen, Alain Ducasse et Christian Ragouby, Ed. Les Liens qui libèrent, 2017.
** Martine Duteuil. Côté Sud,no 165.

Partagez dans vos réseaux!

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Retour haut de page