Silence ! On jase

Le Marché d’été de Val-David du samedi 25 juin 2016 – J’ai fait une drôle de rencontre cette semaine lors d’une réunion. Nous étions un groupe à nous remuer les méninges sur des activités à réaliser dans un environnement extérieur. Mon voisin de table était un concepteur sonore. Sa vie, si j’ai bien compris, consiste à imaginer et à penser aux bruits, aux sons, à la musique dans des contextes particuliers. Le slogan de son entreprise est : « Entendre le lieu ». Quelle idée magnifique ! Lors de la plénière, où chacun amenait des suggestions, il a proposé «le silence» comme environnement sonore. Écouter le vent, les oiseaux, l’eau. Et moi, en pensant à mes marchés, je rajouterais regarder le lieu, l’entendre, le respirer, sur un tempo adagio, à notre portée.
Oui, on vit dans un monde de bruits, d’agression sonore. Nos marchés se tiennent en majorité à la campagne ou en banlieue. Vous savez, là où il y a des petits oiseaux partout. Il suffit de tendre l’oreille quelques minutes pour les entendre. Loin, autant que possible, du feulement des autos, du grognement des motos et des pétarades de camions. Mieux encore, dans un marché public, on a le loisir de discuter avec un producteur, de reprendre le fil d’une discussion amicale perdue. On n’a nul besoin d’avoir au-dessus de la tête un haut parleur qui crachote une musique de guimauve et qui nous oblige à crier pour se faire entendre.
On n’est pas des corbeaux! Je crois, silencieusement parlant, qu’il faut laisser place dans notre quotidien à ces moments bénis où tout ce qui existe est le calme et le luxe de la nature autour de nous. Il faut écouter, entendre la joie des rencontres et des dialogues avec les producteurs et avec les autres clients. C’est une musique qui va droit au cœur.
Diane Seguin
Consultez le PDF de Feuille de chou de Val-David du 25 juin 2016

Partagez dans vos réseaux!

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Retour haut de page