Savoir jouer dans l’herbe….

Continuons cette semaine notre voyage au royaume des fines herbes. Chef Alain Ducasse, dans son Dictionnaire Amoureux de la cuisine, écrit : Aromatiser, parfumer, rehausser le gout des aliments ne doit jamais être une entreprise aléatoire. (…) L’emploi des épices et des condiments obéit à un mode d’emploi qui ne s’improvise pas». Voici quelques mariages heureux entre une herbe fine et ses harmonieux partenaires.
On sait, déjà, que respirer les effluves bienfaisantes et toniques de ses aiguilles, lorsqu’on est fatigué ou enclin à broyer du noir, nous réconforte. C’est du moins ce qu’affirme une vieille amie qui habite Nice, au bord de la Méditerranée. Recettes simples et combien savoureuses : laisser infuser dans le beurre et l’huile d’olive une généreuse poignée de romarin (ou de sauge, si l’on préfère) avant d’y jeter ses spaghettis al dente.
Autres partenaires naturels du romarin :
Pommes de terre nouvelles ou grelots, revenus dans l’huile d’olive et l’ail;
Pain grillé au barbecue, à l’ail et au romarin, servi avec une salades d’été.
Côtelettes d’agneau parfumées avec une préparation ; moutarde forte, romarin, ail, persil et citron vert puis grillées au barbecue.
Servez-vous aussi d’une branche de romarin pour embrocher pétoncles, crevettes ou autre poisson pour les cuire au barbecue.
Autre délice : cuisses de poulet ou de pintade badigeonnées de miel et de romarin, cuites au four ou grillées au barbecue.
Du point de vue de la santé, le romarin a la réputation d’avoir des propriétés toniques, diurétiques et antinévralgiques.

Partagez dans vos réseaux!

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Retour haut de page