L’été et les vacances… au ralenti

Jour de marché à Val-David du samedi 9 juillet 2016 – Non, je ne parle pas de ralentissement économique mais bien psychologique, physique et social. Se réapproprier le plaisir de l’espace : l’espace mental et l’espace temps. Se réapproprier des moments de pure oisiveté, des moments
de pur silence, des moments de pure musique, des moments de pure…rien au programme !
Parmi les premiers plaisirs de l’espace libre, il y a celui de cuisiner mollo, mollo, de goûter en se fermant les yeux et en se disant que la vie est belle avec des papilles en éveil. Plaisir de recevoir les amis en laissant parler les plats qu’on a préparés pour eux, qui leur disent avec des accents et des fumets colorés qu’on les aime et qu’on les apprécie. Le plaisir de prolonger un petit déj avec les enfants, comme si on descendait tout doucement la rivière du Nord en canot, le plaisir de rêver avec son amoureux (euse), de prendre son temps et de se faire une liste avant d’aller au marché et là, la simple joie de prendre le temps de dire bonjour aux producteurs, de les féliciter pour leurs beaux produits, pour leur passion si nourrissante pour tout le monde. Plaisir de cuisiner aussi pour tester de nouvelles recettes, d’être audacieux et d’acheter un légume, une viande, une volaille, un petit pot qu’on ne connait pas encore. Quelle aventure!
Pourquoi ne pas faire de notre été, une grande plage pleine de minutes où nous sommes totalement présents, absolument concentrés sur la beauté du moment ? C’est la grâce que je souhaite à tous.
« Il est inutile de forcer les rythmes de notre existence. L’art de vivre consiste à apprendre comment dédier du temps à chaque chose. »
Carlo Petrini, fondateur de Slow Food
Diane Seguin
Consultez le PDF de Feuille de chou de Val-David du 9 JUILLET 2016

Partagez dans vos réseaux!

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Retour haut de page