L’affaire de tous, point final

Marché d’été de St-Lambert du jeudi 23 juin 2016 – Pour avoir une belle diversité de produits dans un Marché Public, pour garder nos exposants heureux et nos clients satisfaits, il faut plusieurs conditions, qui se résument au rôle joué par chacun. Avant toute chose, le sort d’un Marché Public est entre les mains de sa clientèle. Un point c’est tout. Toute une responsabilité, assurément, mais quand on fréquente assidûment son marché de proximité, quand on croit fermement à l’agriculture régionale, aux petits producteurs et aux transformateurs artisans, quand on choisit la fraîcheur, la qualité, l’originalité et la traçabilité de ce qu’on mange, c’est tout naturel. Et on devient rapidement les meilleurs ambassadeurs du monde des marchés publics de chez nous.
Cette semaine, lors du lancement des marchés de l’Estrie, on a évoqué une information contenue dans de nombreuses études et sondages effectués par l’Association des Marchés Publics (AMPQ), à savoir : la meilleure façon de faire connaitre un Marché Public reste le bouche-à-oreille. Ceci implique que vous, cher client, à chaque fois que vous en avez l’occasion, parliez de «votre» marché. Que vous insistiez, lorsque vous recevez, pour souligner que vous cuisinez avec des produits de votre marché! Que vous en parliez à vos restaurateurs préférés, aux chefs que vous rencontrez, en insistant sur l’importance, pour l’avenir de nos tables, de travailler avec des produits fermiers de notre région. C’est peut être un petit pas pour vous, mais c’est un grand pas pour l’avenir de nos petits marchés, si charmants et si fragiles.
Ainsi, avec la participation active des clients, on peut bâtir de beaux marchés pour longtemps. Ainsi, avec une clientèle fidèle et convaincue, nous aurons des producteurs heureux de revenir chez nous. Heureux de ce soutien social et économique, malgré l’effort que cela leur demande en pleine saison de production. Heureux de vous offrir le meilleur de leurs cultures, de leurs élevages, de leurs cuisines originales.
En dépit de ce qu’on croit généralement, 75% de la population mondiale est nourrie par de petits producteurs régionaux. Sans eux, le monde cesserait d’exister, point final. N’est-il pas indispensable que nous protégions notre agriculture, si nous ne souhaitons pas dépendre des marchés étrangers? Cet objectif mérite qu’on s’habitue à fréquenter nos marchés publics. Car c’est là que tout commence. Maintenant, à vous de jouer !
Diane Seguin
Initiatrice du marché de Saint-Lambert
Présidente de l’Association des Marchés Publics du Québec (AMPQ)
Consultez le PDF de Feuille de chou de St-Lambert du 23 juin 2016

Partagez dans vos réseaux!

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Retour haut de page