Détective de marché à l’œuvre !

Marché du jeudi 30 juin 2016 – Je me suis mise à observer, lors d’un récent marché, le comportement d’une cliente que je sais être une «fan» de marchés. Une vraie gourmande et une femme commise à la bonne cuisine. Elle a éduqué ses enfants à bien manger, à choisir, par plaisir et par gout, une collation et des lunchs santé plutôt que des sucreries, du gras et du sel.
Les produits transformés industriellement sont pour la plupart riches en sel, sucre et gras. À moins que le fabricant ait fait sa marque de commerce avec des produits–santé. Encore là, lisons bien les étiquettes. C’est d’ailleurs ce que nous recommandent toutes les nutritionnistes. Lisons la liste des produits en sachant que les ingrédients s’additionnent par ordre d’importance. Si la liste commence par du sucre… vous avez un choix à faire. J’ai suivi cette cliente qui faisait son marché, puis je l’ai questionnée. Elle achète en tout premier ses pains, qu’elle congèlera (en partie) en rentrant. Elle en a assez pour la semaine. Puis, elle va choisir ses légumes (elle explique que c’est sa base pour prévoir ses plats pour la semaine). Elle ne vient pas au marché avec une idée préconçue de ses achats. Elle préfère s’adapter à l’offre présentée chaque semaine par les producteurs. C’est, selon moi, l’approche la plus importante. Souplesse et mobilité, voilà la consigne ! Ensuite, elle va vers les éleveurs. Qu’est-ce qu’elle va travailler pour sa famille et est-ce qu’elle reçoit ? Combien de repas doit-elle prévoir ? Elle achète toujours saucisses et hachés, qui sont des denrées moins couteuses et que l’on peut apprêter à sa guise de bien des façons. Si elle prévoit des invités, elle achètera une pièce de viande ou une volaille plus sophistiquée. Elle va également ajouter à son panier un ou deux fromages, un pour le matin avec les confitures et un autre de fin de repas, pour le soir. Et parfois même un petit prêt-à- manger, qui reflète bien la culture gastronomique d’un autre pays. Puis, au besoin, elle va aller chercher un aliment qui a du punch, avec les petits pots (épices, condiments, autant sucré que salé). Pour dessert, elle s’offre de belles barquettes de petits fruits et naturellement, une gâterie pour la famille. C’est ainsi que cette dame transforme la cuisine à la maison en aventure intéressante, meilleure pour la santé. C’est ainsi qu’elle encourage les petits producteurs et épate tous ses invités par la qualité de ce qu’elle sert à sa table. Si vous êtes comme elle, vous vous sentirez peut être observée par une autre gourmande, dans un prochain marché…
Diane Seguin
Initiatrice du marché de Saint-Lambert
Présidente de l’Association des Marchés Publics du Québec (AMPQ)
Le marché se tient rue Elm de 15 h 30 à 18 h 30 tous les jeudis jusqu’au 8 septembre. Nous ferons relâche le 25 août pour laisser place à la Fête de Saint-Lambert.
Plus de détails sur la Feuille de chou de Saint-Lambert du 30 juin 2016
 

Partagez dans vos réseaux!

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Retour haut de page